PPR

BETC flirte avec l’illégalité pour la promotion de Baron Noir saison 2

#RickwaertGate : quand tous les moyens (surtout les pires) sont bons. Nous connaissons tous l’adage populaire selon lequel il n’existerait pas de mauvaise publicité. Qu’en est-il lorsque cette dernière joue un jeu dangereux avec l’illégalité ?

baron-noir-saison-2-betc-ppr

L’agence BETC a orchestré une mise en scène qui nous plonge dans l’univers de la série la plus attendue de ce début d’année. De nombreux influenceurs ont joué le jeu pour une immersion plus réelle que jamais. Pour plonger au mieux dans cette machination, nous allons traiter le plus sérieusement possible la campagne d’influence la plus borderline du monde.

Tout commence avec des influenceurs et journalistes recevant d’étranges colis à leur domicile.

Des explications à la presse assez floues de la part de l’agence de publicité :
« Quand Philippe Rickwaert nous a contacté pour le lancement de la saison 2 de Baron Noir, le brief était de produire une campagne de pub la plus fidèle possible à la réalité d’une campagne politique. Devant le caractère unique et rare d’une telle opportunité, la curiosité créative que l’on cultive chez BETC nous a poussé à accepter. C’était sans savoir dans quoi nous nous engagions. »

Une stratégie d’influence musclée et sulfureuse a alors été mise en place et des centaines de cibles ont reçu cette enveloppe contenant de l’argent en liquide accompagné d’un message. Certains ont également été invités à des évènements huppés voire même dans des lieux plus personnels.

“En politique, la haine, c’est mieux que les diplômes.” – Philippe Rickwaert

Le journaliste Sébastien Abdelhamid fut le premier à dénoncer les pratiques peu conventionnelles amenant au scandale du #RickwaertGate.

L’e-influence fut la deuxième étape de la promotion tonitruante de la série. Selon l’agence, Philippe Rickwaert s’est montré très persuasif et franc quant à ses ambitions pour la saison 2 :

« Faites péter les scores, frappez fort et visualisez l’objectif. Le message c’est : saison 2 de Baron Noir = épisode VII de Star Wars »

La viralité étant le maitre mot du député-maire de Dunkerque (désolé Patrice Vergriete), la solution de facilité a été appliquée. Un petit tour par une ferme de clics asiatique plus tard, la série affichait un teaser à 41 millions de vues et des dizaines de milliers de followers sur Twitter. Ajoutez à cela un trashtalking 2.0 des plus pointus et vous devenez rapidement le sujet brûlant au coeur des débats.

En apprenant la nouvelle, le Directeur Général du Groupe Canal+ Maxime Saada a également souhaité réagir, niant toute implication de la chaine dans la campagne.

Le cerise sur le gâteau intervient à l’instant même où la presse écrite s’est saisie du sujet.

baron noir betc ppr

Pari réussi, il ne restait plus au principal intéressé que d’assumer publiquement chacune de ces accusations avec une pointe de « franchise politique ».

Une manoeuvre dirigée de bout en bout par l’agence BETC qui, une nouvelle fois, nous gratifie d’une campagne de communication étonnante.