PPR

Dessiner des zizi pour la bonne cause

Le mois d’avril étant consacré au cancer des testicules, c’est à cette occasion que l’association néo-zélandaise, Testicular Cancer NZ, a entrepris une vaste campagne de sensibilisation à l’aide du hashtag #GoBallsOut.

Effectivement, les hommes entre 15 et 39 ans, sont les plus touchés par le cancer des testicules. Cependant, ils ne se sentent pas concernés par cette maladie. Souvent, ils sont mal renseignés, ne se font pas dépister, ou bien même, ils ne consultent pas tout de suite lorsqu’ils ressentent une grosseur localisée.

C’est pour cela que l’association Testicular Cancer NZ a cherché la meilleure des façons de les sensibiliser. Etant donné que le sport et les activités physiques sont une des meilleures manières pour réduire les risques de ce cancer, l’association s’est tournée vers cette problématique-là.

De cette façon, l’association a créé des partenariats avec des applications gratuites en lien avec le sport tel que Runtastic par exemple. Les sportifs sont alors encouragés à aller marcher ou courir, afin de dessiner un pénis sur leur parcours, à l’aide de l’utilisation de leurs GPS. Une fois son pénis dessiné, il suffit de le partager, accompagné du hashtag #GoBallsOut, sur les réseaux sociaux et de mentionner ses amis afin qu’ils participent eux aussi à l’opération.

PPR + Testicular Cancer NZ

Aux premiers abords, les représentations de pénis font toujours sourire. Néanmoins, elles intriguent et c’est le but recherché autour de cette opération. Le principal intérêt est de pouvoir provoquer un véritable engouement sur les réseaux sociaux. De cette manière, Testicular Cancer NZ, suscite d’abord la curiosité afin de sensibiliser à ce cancer. Cependant, l’association va plus loin en expliquant dans une vidéo comment déceler les premiers symptômes de cette maladie. En outre, elle encourage également à la pratique d’activités sportives afin de prévenir les risques.

Grâce à cette initiative, le directeur de Testicular Cancer Nz, Graeme Woodside, espère que les hommes prendront l’initiative d’aller se faire dépister chez un urologue.